– Album Review – The Wombats, Glitterbug

Ils auront su se faire attendre les Wombats ! Le trio pop-rock est de retour après 4 ans d’absence avec un nouvel album.

10392370_10153493489144569_5983816361010367249_n

De qui parlons-nous ? D’un trio anglais aux chansons pop-rock qui m’ont beaucoup marquées au lycée. Leurs titres sont plein d’énergie, vraiment cool à écouter.

Et ce nouvel album ? Après avoir dévoilé Your Body Is A Weapon, il aura fallu attendre un an et une tournée pour avoir l’album complet, sorti mi-avril (je n’ai pas tant de retard que cela dans ma chronique voyons…).

Première impression : Du fait du dévoilement progressif de l’album, les impressions ont été étalées, mais toujours positives, surtout sur Your Body Is a Weapon, et les versions live de ces nouvelles chansons, découvertes au Casino de Paris !

Une note ? 3,5/5

  • Mes coups de coeur

Your Body Is A Weapon, comme je l’ai écris précédemment, a été le premier titre dévoilé, mais aussi un des meilleurs de cet album. On retrouve bien la veine pop-rock du groupe, avec cette énergie folle qui les caractérise en studio comme en live.

Give Me A Try est aussi une chanson géniale, avec le même schéma de couplets plutôt calmes, et de refrains plus puissants. On y entend cependant plus la dimension électro de ce nouvel album, qui était déjà présente dans les albums d’avant, mais qui se révèle un peu plus présente.

Be Your Shadow aussi saura vous faire danser. La montée en puissance du couplet jusqu’à un refrain plus léger est assez originale. Le ton se fait plus léger, mais en restant tout autant énergique !

On retrouve le style des anciens titres pop-rock avec The English Summer, au refrain rappelant des Kill the Director ou autres par exemple, et c’est une vraie petite merveille !

Le titre d’après, Pink Lemonade reprend aussi la dimension pop-rock sur son début, avec une guitare qui se fait beaucoup entendre et qui s’efface un peu plus par la suite sur le refrain qui se fait assez mignon !

 

  • Les titres sympas : 

Emoticons ouvre l’album sur une bonne chanson, assez rythmée. Les couplets sont doux, les refrains plus puissants, c’est le schéma classique qui fonctionne plutôt bien ! On aurait peut-être simplement aimé un peu plus de recherches sur les paroles du refrain.

Greek Tragedy fait elle aussi partie des chansons révélées avant l’album. Elle est à la fois pop-rock et assez dansante, mais ne fait pas partie des plus originales de l’album !

Headspace a un rythme un peu plus marqué que sur les autres titres, et une sorte d’influence plus disco, ou du moins plus électro. Elle se démarque des autres et les refrains sont plutôt sympas !

Curveballs a un refrain des plus sympas, qui se fait joliment puissant comme The Wombats savent le faire. Dommage que les couplets ne soient pas vraiment au même niveau, même si la chanson reste très sympa !

Enfin l’album se clôt sur deux chansons bonus, dont la courte Sex and Questions Marks, joli titre pop-rock qui relègue l’électro au second plan le temps de cette chanson !

Enfin, Flowerball se fait tout aussi énergique mais moins rock. C’est une bonne façon de terminer l’écoute, car elle n’est pas parmi les plus puissantes mais n’est pas lente pour autant ! Le refrain est un peu lancinant, mais les couplets et le rythme sont très sympas.

 

  • Les petites déceptions

This Is Not a Party est une chanson dansante qui aurait pu être super, mais le refrain est trop répétitif !

Isabel est une chanson calme, qui n’est pas ce que maitrise le groupe malheureusement. Elle est plate et manque d’un réel intérêt. Comme quoi, des titres qui bougent, c’est bien dans l’ADN du groupe !

 

En résumé : On a un super album, pas hyper diversifié mais qui se concentre sur ce que les Wombats savent faire : des chansons pop-rock dansantes qui sauront vous donner de l’énergie !

Un passage en live ? Ils étaient à Paris le 13 mars dernier, et c’était vraiment un super concert avec une grosse ambiance (le live report est par ici). Mais bonne nouvelle : ils reviennent ! Ils seront de passage au Trabendo le 3 novembre, ne les loupez pas !

Publicités
– Album Review – The Wombats, Glitterbug

– Album review – Balthazar, Thin Walls

Balthazar n’est pas un nom de groupe qui nous est inconnu. Ils ont réussi à se faire un nom avec leurs deux albums précédents, et reviennent sur le devant de la scène avec Thin Walls !

balthazar-thin-walls-album

De qui parlons nous ?  De 5 belges qui font de la musique depuis pas mal d’années déjà et qui en sont à leur troisième, qui fait suite à Applause et Rats.

Et ce nouvel album ? On les retrouve donc avec Thin Walls, un album vraiment maîtrisé (et cela fait plaisir à entendre)

Première impression : l’album est très sympathique, doux, particulièrement harmonieux et maîtrisé.

Une note ? Allons pour le 3,5/5, car l’album est bon, très sympathique à écouter, mais il manque peut-être d’un peu de peps par moments !

 

  • Les chansons coups de coeur : 

Bunker est le titre qui m’a convaincue d’écouter tout l’album, donc oui je l’apprécie beaucoup. Il début avec du violon, une touche récurrente qui permet de donner un petit supplément aux titres du groupe. Le refrain est vraiment très beau, avec plusieurs voix et des sonorités des plus sympathiques.

Dirty Love aussi laisse entendre quelques notes au violon. La voix n’est pas des plus mélodieuses, mais cela fait un doux contraste qui n’est pas désagréable avec la douceur de la musique. Le refrain est là encore très beau.

So Easy reprend la même douceur qui est à la source de cet album. Le refrain se fait légèrement plus enlevé, joliment rythmé (on se croirait un peu sur une plage face à un coucher de soleil, pour placer le décor).

Nightclub tranche un peu avec tout cela, en étant beaucoup moins douce, les sons au synthé se font plus agressifs. Le refrain reprend tout de même les touches mélodieuses, sans pour autant perdre le rythme instauré dès le début.

Decency enfin ouvre brillamment l’album sur de très beaux passages instrumentaux encore au violon. Le refrain se fait tout aussi harmonieux, déployant au passage un joli contraste avec des couplets légèrement plus parlés.

 

  • Les titres sympas :

I Looked For You est dans la même veine que Nightclub (donc cela reste un titre sympa à écouter), mais les sons sont encore plus agressifs et les refrains sont un peu plus répétitifs.

Then What est tout aussi sympathique, étant un peu plus enjouée que le reste de l’album. Il est cependant un peu dommage qu’elle ne s’emballe pas un peu plus, comme on aurait pu s’y attendre, du coup c’est légèrement déceptif.

True Love : Le titre qui termine l’album a un début très calme, avant de devenir de plus en plus puissante. La progression est sympathique et plutôt réussie, permettant de terminer l’album en fanfare !

 

  • Les titres qui m’ont un peu déçue : 

Last Call me laisse perplexe, je ne suis pas fan des couplets un peu trop classiques à mon gout, il n’y a rien de formidable. Elle est aussi un peu longue, paraissant rallongée plus que de raisons à force de répétitions.

Wait Any Longer est enfin un peu trop lente pour moi et manque de la si belle harmonie qui a été mise en place pendant tout le reste de l’album.

 

En résumé : un très joli album qui permet de découvrir un groupe qui sait ce qu’il fait. L’album est tout en harmonie, et sait se démarquer des autres groupes du même style un peu électro-pop. Donc bravo à Balthazar !

 

Un live ? Le mois d’avril sera le mois du début de leur tournée, à Paris tout d’abord puis à Marseille, Dijon ou Nantes, avant de faire un passage au Printemps de Bourges !

– Album review – Balthazar, Thin Walls

– Mois Musical – Mars, le mois des coups de coeur

En ce mois de mars, beaucoup d’annonces de concerts, beaucoup de sorties d’albums, et beaucoup de coups de coeur pour moi !

Moismars

  • Les meilleurs albums :

Mon album préféré du mois est sans conteste celui de Marina & the Diamonds, intitulé Froot. Elle s’y dévoile tout en sincérité, entre titres ultra pop et ballades absolument sublimes. A souligner, un vrai effort sur les paroles qui donne une qualité supplémentaire à cet album ! (pour lire mon avis complet, c’est par ici)

To Kill a King a confirmé son très fort potentiel avec la sortie de leur nouvel album. Ils s’installent comme un groupe très prometteur sur la scène pop-rock qui parvient à ne pas lasser et même à sortir d’excellents titres ! (c’est par là)

Enfin, très bonne découverte avec le nouvel album de Modest Mouse, Strangers to Ourselves, petite pépite rock à écouter de toute urgence ! (par ici)


 

  • Les meilleures songs of the day :

Souvent, dans cette catégorie, je vous présente de 3 à 5 chansons. Mais au mois de mars, mes artistes favoris ont décidé de se réveiller et de me rendre la tâche très difficile.

On commence par les favoris des favoris, Muse qui ont révélé coup sur coup la très rock Psycho et la plus calme Dead Inside. Les deux sont très réussies, la première par son côté énervé, la seconde par sa puissance à partir de la moitié de la chanson. Si je vous dis que j’ai hâte d’avoir leur album, vous me croyez ?

On enchaine avec le fabuleux Brandon Flowers (mais si, le chanteur des Killers) qui se relance dans la carrière solo avec Can’t Deny My Love (ici), très dansante, électro-pop très réussie au refrain ultra puissant. Non Brandon, je ne peux pas nier mon amour pour toi !

La douceur revient avec Passenger qui vient d’annoncer la sortie prochaine d’un Whispers 2 et qui en profite pour dévoiler la très jolie Travelling Alone (ici)

Douceur toujours avec Florence and the Machine qui sort son 2ème titre, Saint Jude, vraiment une très belle chanson, qui renforce encore l’attente autour de son prochain album.

Douceur ultime avec Woodkid qui est revenu le temps d’une BO de film avec Lykke Li pour sortir Never Let You Down, superbe titre mélodieux où leurs deux vois se mêlent bien. Titre qui nous fait encore une fois dire à Yoann Lemoine : s’il te plait, reviens vite à la musique !

Encore une chanson douce, qui cette fois marque le retour de Mumford & Sons, qu’on ne croyait pas revoir avant longtemps encore ! Mauvaise nouvelle, sur Believe, le banjo n’est plus là, mais c’est bien le seul souci de ce titre fabuleux et très sympathique. Ils savent encore faire de très beaux titres, ça donne envie d’avoir la suite !

Un peu moins calme, Of Monsters and Men marquent leur retour avec Crystals ! On retrouve tout le groupe en pleine forme, toujours avec leur musique un peu collégiale aux accents folk.

Enfin, on suit toujours Wolf Alice, qui a annoncé la sortie de leur premier album pour le mois de juin, et a sorti du coup Giant Peach. C’est rock, c’est prometteur, ça donne envie d’avoir la suite !


 

  • Le meilleur live :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un seul concert au mois de mars, mais quel concert ! C’était celui des Wombats, de retour pour présenter leur nouvel album qui va sortir dans quelques jours. Et bien c’était ultra dynamique, une ambiance folle, et des nouveaux titres cools, ponctués par des anciens qui deviennent des tubes quand ils sont repris par le public ! (envie de lire plus à ce sujet ? Par ici ! )

 


 

  • Et le mois d’avril ?

Pour les sorties d’album du mois prochain, on peut compter sur les Wombats avec Glitterbug qui s’annonce très sympa. Un peu dans le même genre, Citizen! reviendra enfin avec de nouveaux titres. Le nouvel album de The Prodigy sera aussi à surveiller ! Et on n’est jamais à l’abri d’autres surprises …

En live rien de prévu pour l’instant, si ce n’est surement un passage au Disquaire Day (à Paris des animations et concerts seront organisés place de la République) !

 

Bon mois d’avril à tous !

– Mois Musical – Mars, le mois des coups de coeur

– Album Review – Marina and the Diamonds, Froot

Marina and the Diamonds est de retour après plusieurs années d’attente ! Enfin, la chanteuse pop terriblement sous-estimée sort un nouvel album, Froot, savamment promu sur les réseaux sociaux. 

MATD

De qui parlons-nous ? Nous parlons de Marina Diamandis, jeune galloise d’origine grecque (ça c’est du mélange !) qui s’est fait connaître avec ses deux premiers albums Family Jewels et Electra Heart (dont le succès n’a pas été à la hauteur de ce qui aurait pu être espéré) avec des chansons comme Hollywood, Oh No, Radioactive, Bubblegum Bitch ou Primadonna.

Et donc, ce nouvel album ? Beaucoup plus sincère et mature que les précédents, Froot explore divers registres et expose les multiples talents de Marina Diamandis (notamment au niveau des paroles et de sa voix)

Première impression : Après les écoutes des premières chansons dévoilées sur Youtube, à chaque fois une certitude émergeait : l’album allait être génial. Et à l’écoute de cet album, cela se confirme !

Une note ? Pour ne pas mettre 5/5, je dirais 4,5/5. L’album est vraiment génial, mais on peut toujours trouver un petit quelque chose à redire !

 

  • Les titres géniaux : 

Premier de la liste de façon incontestée pour moi : Savages, chanson vraiment réussie qui explore la sauvagerie des relations humaines, avec des paroles très bien trouvées, notamment sur le refrain ! En plus d’avoir un vrai sens, les rimes sont bien trouvés et du coup sont encore plus faciles à retenir. Côté musique, le titre est pop, presque rock, ce qui va bien à la voix grave de Marina Diamandis. Sans aucun doute, c’est mon coup de coeur de l’album !

L’accent rock se retrouve un peu dans Better than That aussi avec des guitares électriques, qui habituellement ne marquent pas le style pop de Marina and the Diamonds. Sa voix se fait encore plus grave sur les couplets, avant d’être plus aigue sur les refrains, donnant un joli contraste.

Le rock s’efface au profit de la pop pour la plupart des titres (même si l’album ne l’est pas autant que les précédents), notamment pour Froot, chanson titre de l’album. Le titre est pop, hyper catchy, avec un refrain plus mélodieux que le reste. Difficile de ne pas danser à son écoute ! Marina fait ce qu’elle fait de mieux avec ce titre, une chanson acidulée, pour autant pas dénuée de sens.

Blue est aussi une très bonne chanson de ce type pop, avec un refrain particulièrement enthousiasmant. Le rythme est souvent assez marqué, tout en restant sur un ton plutôt léger, c’est vraiment agréable à écouter !

Mais cet album se veut plus mature, Marina laisse tomber le masque qu’elle a pu porter avant de briseuse de coeurs. Elle se fait plus sincère et dévoile donc des chansons plus douces, plus touchantes, laissant voir une facette différente. Sa voix se prête vraiment à des titres comme I’m a Ruin, plus calme que les chansons précédemment citées, et qui est assez touchante dans son texte. Le titre est aérien, malgré un rythme encore assez présent, qui évite l’ennui.

Sa voix s’exprime aussi très bien sur la superbe Happy qui ouvre l’album. Rien à voir avec ce à quoi on pourrait s’attendre : le titre est ultra calme et doux. Le choix est étonnant pour ouvrir un album. Mais c’est une ouverture nécessaire à l’album, après les deux précédents qui laissaient deviner qu’elle n’était pas heureuse (« so now you know, you know it all, that I’ve been desperately alone »). Cette chanson est vraiment belle, et le message ne peut que toucher.

Enfin, Immortal termine l’album sur la même douceur que Happy l’avait ouvert. Le message est là encore très touchant, et sa voix est un vrai bijou. Le tout est très mélodieux, et mérite vraiment d’être écouté !

  • Les chansons sympa : 

Puisqu’il faut bien distinguer un peu certains titres, je rassemble ici des titres réussis, mais qui ne sont pas des coups de coeur comme les précédents.

On commence avec Forget, dont j’aime beaucoup l’énergie pop-rock, qui permet encore une fois de mettre en relief le côte grave de la voix de Marina Diamandis. Seul bémol, la répétition au niveau du refrain, alors qu’elle nous habitue à mieux (pourtant le reste des paroles est encore très bon) !

Gold est plus indie-pop, à la fois douce et acidulée, joli mélange inédit dans son style. Le rythme est marqué par des claquements de mains, donnant un petit côté acoustique qui change de la pop !

Can’t Pin Me Down manque un peu de relief, elle est pop mais assez calme. Elle est sympa à écouter, toujours grâce à la jolie voix de Marina Diamandis et à ses paroles, mais au niveau musical, il manque peut-être un petit quelque chose, un petit grain de folie qu’elle sait pourtant si bien ajouter.

Solitaire est cette fois-ci beaucoup plus calme et assumée comme telle. Là encore les paroles valent le coup d’être remarquées. Le pré-refrain est un petit bijou. Le rythme est plus lent, les vers sont assez longs, donnant un rythme particulier, plus langoureux.

Weeds est teintée de pop, mais toujours assez calme et est l’occasion pour Marina Diamandis de monter sa voix plutôt dans les aigus. Il est un peu dommage de faire retomber l’énergie amorcée par Better than That avant Savages.

 

En résumé : Cet album est génial, et laisse Marina Diamandis s’exprime différemment des deux précédents. On la retrouve très bonne compositrice, plus touchante, plus mature, mais qui sait insuffler une bonne dose de pop et même un peu de rock quand il le faut. Un album tout en maîtrise qui vaut vraiment le coup d’être écouté (je ne regrette vraiment pas de l’avoir précommandé) !

En live ? Ca sera le 13 mai au Trianon. Cela devait être au Trabendo, mais la demande croissante à fait déplacé le concert au Trianon. Pas d’excuse, le lendemain c’est férié, alors on se bouge pour aller voir ce phénomène en live !

 

– Album Review – Marina and the Diamonds, Froot

– Live Report – Les Wombats à la Cigale 13.03

Les Wombats sont de retour ! Après leur dernier album en 2011, ils se mettent enfin à promouvoir le futur opus Glitterbug en lançant leur tournée européenne. L’évènement était donc plutôt attendu, et j’avoue que j’étais curieuse de voir ce qu’ils allaient donner en live. Le concert est entre le « warm-up show » puisque l’album n’est pas encore sorti, et un vrai live, puisque une partie des titres est déjà sur Youtube, et que le concert dure une bonne heure et demie.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Annoncé pour 20h, le début de la soirée se fera finalement à 19h20 avec un premier groupe (dont je n’ai pas retenu le nom…). C’est leur premier concert hors UK, et ils se débrouillent plutôt bien. Le rendu est sympa, mais c’est un peu brut encore, il y a un peu de travail à faire mais ils sont plutôt bien partis !

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Deuxième première partie à 20h cette fois-ci, dont je n’ai pas retenu le nom non plus… Le rendu est plus abouti, plus travaillé, un mélange pop rock électro assez sympa, entre Bombay Bicycle Club et un Cage the Elephant assagi, en gros.

 

On passe ensuite aux Wombats à 21h pile. Le décor est plutôt classe, avec de fins immeubles délimités par un néon, donnant de jolis effets de lumière pendant tout le show. En revanche il y a eu beaucoup de fumée, ce qui fait que mes photos ne sont vraiment pas formidables !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le début du concert se fait avec Your Body is A Weapon, titre du nouvel album révélé il y a un an. Le titre est très catchy, et permet de donner le ton du concert : ça sera énergique et dynamique. On constate tout de suite que sur scène, ils savent envoyer du lourd, ce qui n’est pas forcément hyper évident en écoutant les versions studios. Le public est hyper réceptif dès le début à l’énergie envoyée sur scène, ça fait vraiment plaisir !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On n’oublie pas que l’album sort bientôt, alors le groupe en profite pour nous présenter des nouvelles chansons. Ils les enchainent d’ailleurs en milieu de set. L’enchainement parait peut-être un peu long comme on ne les connait pas, mais elles sont sympas, on a hâte de pouvoir avoir la version studio ! Le batteur avoue même en français qu’ils sont contents d’avoir réussi à toutes les finir, car ces nouvelles chansons n’ont jamais été jouées en live encore. En effet, Can Be Your Shadow, Headspace et This is not a Party n’ont même pas été testées lors de leurs quelques concerts en Australie.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ce sont évidemment les tubes du groupe qui remportent le plus franc succès auprès du public, qui n’hésite pas à sauter en rythme ou chanter en même temps. Que ce soit Moving to New York, Kill the Director, ou encore Techno Fan (ma préférée), et la géniale Tokyo, ainsi que la dernière Let’s Dance to Joy Division, très bien choisie pour clôturer le concert en fanfare, la salle explose assez fréquemment. Si leurs chansons ne sont pas mondialement connues, elles ont le mérite de vraiment bien rendre en live, laissant deviner tout le potentiel du groupe.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En résumé, le concert a été une très bonne surprise, car je ne m’attendais pas à une telle débauche d’énergie de leur part – mention spéciale au bassiste, qui sautait littéralement partout comme un fou (ou un kangourou au choix). L’ambiance était vraiment au top, il n’y a pas eu de véritable temps mort. On redécouvre tout le potentiel de leurs titres en live avec toute cette énergie, encore une fois c’est une très bonne surprise !

– Live Report – Les Wombats à la Cigale 13.03

-Album Review – To Kill a King

To Kill a King, c’est ce groupe anglais qui commence à faire parler de lui en passant en première partie de Bastille, et puis en se signalant lors des festivals cet été. J’avoue avoir été très positivement surprise par leur passage à Rock en Seine l’été dernier, où ils avaient montré une vraie auto-dérision et un vrai humour, qui couplé avec de très bonnes chansons, nous avait fait passer un très bon moment.

TKAK

De qui parlons-nous ? De 5 anglais bien cools qui n’ont pour l’instant sorti que quelques EP et un album.

Et donc, ce nouvel album ? Après Cannibals with Cutlery, ils reviennent donc avec un album sobrement intitulé To Kill a King, bien annoncé sur internet avec des chansons en grande partie postées sur Youtube avant.

Première impression : Un album pop-rock qui reste dans leur style à eux mais n’est pas redondant ni ennuyant. Une cure sympa de vitamines distillées par une voix grave inhabituelle.

Une note ? Etant assez enthousiasmée par cet album, je dirai assez facilement 4/5. Ce n’est pas l’album parfait, mais il est très réussi et assez formidable, foncez l’écouter !

 

  • Les titres géniaux :

Compare Scars ouvre brillamment l’album. Le début est tout doux, avec juste une guitare et la voix du chanteur. Quand tout s’emballe, avec les guitares électriques on rentre dans du bon pop-rock !

Oh My Love est peut-être mon titre préféré de l’album. Les couplets sont assez étonnants, calmes et marqués par des choeurs inattendus, et une arrivée massive des guitares électriques marque l’irruption du refrain. C’est un titre assez original (pour le style pop-rock)et qui parvient à être génial, donc autant le saluer !

The Chancer est un titre plus calme, mais bien aussi. Les couplets sont lents, avec un chant plus aigu que d’habitude. Le refrain avec les chœurs est vraiment joli.

School Yard Rumors ne m’avait pas marquée à la première écoute sur Youtube, mais après plusieurs écoutes, j’avoue l’apprécier enfin à sa juste valeur. Elle n’est ni trop calme, ni trop mouvementée. Juste joliment rythmée, mais chantée majoritairement assez doucement. Le contraste est sympa et là encore assez inattendu.

Good Times (A Rake’s Progress) est plus folk, avec beaucoup de choeurs. Ce titre parait assez joyeux, l’écoute est très agréable, et le pont très saccadé est vraiment réussi.

Grace at a Party ne ment pas, on a envie de faire la fête avec ce titre. Le rythme y est assez enlevé jusqu’au refrain.

World of Joy (a list of things to do) est également un titre assez optimiste, simplement un peu plus doux. Mais là encore très réussi.

  • Les titres sympas :

Love is Not Control est une chanson sympathique, bien rythmée. Seul reproche, un refrain assez répétitif. Alors oui, avec le rythme et le fond musical réussi ça ne dérange pas trop, mais tout de même, la répétition m’énerve un tantinet.

Friends est une chanson qui me divise un peu, je ne suis pas fan des couplets, mais pourtant le refrain est sympathique. Le titre se révèle assez rythmé et a quand même ses qualités.

Musicians like Gamblers like Drunks like Me est une douce balade au rythme parfois un peu trop marqué peut-être. Mais elle en reste une jolie chanson.

Today est le titre parfait pour terminer l’album, avec de gros accents jazzy totalement inattendus. Mais il est bien trop court pour vraiment l’apprécier, même si on comprend bien que ce n’est pas tellement leur style !

 

En résumé ? Un très bon album. On aurait pu s’attendre à du pop rock chiant et sans originalité, et bien non, on a droit à des chansons abouties, qui n’ont pas forcément été entendues avant, et qui redonnent de l’énergie. A écouter, donc !

En live ? Ce sera le lundi 23 Mars au Nouveau Casino, et ils sont vraiment chous en live, alors n’hésitez pas !

-Album Review – To Kill a King

– Album Review – Imagine Dragons, Smoke + Mirrors

Imagine Dragons est un groupe dont on a entendu les premiers titres un peu partout ces derniers temps. Ils ont surrexploité médiatiquement leur premier album, sortant un très grand nombre de singles. Il était donc temps de passer à un second album, sans pourtant avoir véritablement quitté la scène. Est-ce que cela se ressent sur leur musique ?

 

De qui parlons-nous ? De 4 américains qui ont créé en 2008 leur groupe de rock Imagine Dragons (un anagramme dont eux seuls connaîtraient la signification). Issus de Las Vegas, comment ne pas faire le rapprochement avec les géniaux The Killers « from fabulous Las Vegas, Nevada » ? En tous cas, ils ont fait leur nid très rapidement avec un rock aux accents pop accrocheurs, qui a su rapidement convaincre de nombreux fans dans le monde entier !

 Imagine dragons

Et ce nouvel album alors ? Sorti le 16 Février, Smoke + Mirrors a la difficile tâche de succéder à l’album du succès, aux tubes ultra diffusés. Pas de gros changement de style à l’horizon !

Première impression : Très honnêtement, la première fois que je l’ai écoutée, je n’ai pu m’empêcher de penser « On se fait chier un peu non ? » Et heureusement, sur pas mal de titres, j’ai changé d’avis, c’est un album qu’il faut écouter plusieurs fois pour vraiment l’apprécier !

Une note ? Pour faire dans la nuance, je donnerai un 3.5/5. Parce qu’il y a des chansons qui sont les dignes successeurs de l’album précédent, qui vous emportent avec elles, et parce qu’il y en a d’autres qui sont parfois sans vraiment d’intérêt, sombrant dans la pop-rock inintéressante. Dommage, en capitalisant sur les premières on aurait eu un album hyper original et génial ! Cela dit, il ne faut pas oublier que l’album contient 18 titres, performance à saluer !

  • Les titres géniaux :

L’album commence bien avec Shots titre aux sonorités électro mais qui garde ce rythme fort qui les caractérise, et un refrain hyper entrainant, qui fait aussi entendre la voix si sympa de Dan Reynolds !

I’m So Sorry est vraiment marquée rock et c’est un style qu’ils maitrisent à leur façon ! Le rythme très marqué cadence la chanson et encadre les accords de guitare électrique, avant un pont très calme.

Friction : Un début aux accents orientaux très étonnants, mais au moins ça retient l’attention ! Ensuite le piano s’ajoute, avant un refrain très rock avec ces accents toujours étranges. Cette chanson est originale, et là la prise de risque est totalement réussie !

On continue dans l’originalité avec Trouble, à la guitare sèche (mais toujours très rythmée), plus mélodieuse et avec des arrêts brutaux. J’ai beaucoup pensé aux titres de To Kill a King en l’écoutant, mais pour moi c’est signe de qualité ! Un très joli titre à la fois plus calme et entrainant tout de même.

Le dernier coup de coeur est pour le dernier titre (que je n’aurais pas forcément placé en dernier non plus) qui est Warriors. Un titre comme eux seuls savent le faire, tout en intensité. Un début en crescendo qui fait monter la pression, avant d’exploser sur le refrain.

  • Les morceaux sympas :

Gold reprend elle aussi leur style de base, très « épique ». On a du rythme, des sonorités plutôt graves (bien qu’un peu étonnantes parfois). Il faut déjà saluer la performance du chanteur qui apporte lui aussi beaucoup d’intensité au titre avec sa voix.

On a ensuite Smoke and Mirrors, qui est plus calme au moment des couplets, qui en sont un peu inintéressants du coup. Le refrain commence de façon sympa, plus intense, mais cela se calme à nouveau ensuite, en étant tout de même plus sympa que les couplets. Une jolie chanson mais sans plus.

Je ne m’attendais pas trop à vraiment apprécier I Bet My Life, aux accents pop-rock sur les couplets, mais aux refrains assez prenants, bien que répétitifs, et pourtant elle est assez géniale !

J’hésite beaucoup à placer Dream dans les morceaux sympas ou les déceptions. Car oui, elle est jolie et sympathique à écouter, mais j’ai peur de vite m’en lasser car même si elle a un joli fond au piano, et quelques cordes, elle n’est pas si formidable. A écouter sans trop réfléchir donc !

The Fall est un titre sympathique, au début un peu déroutant encore, avec une jolie fin de couplet, et un refrain presque a capella ce qui donne un joli résultat.

On a ensuite Thief, au refrain presque hurlé (encore une fois belle performance de Dan Reynolds) qui transmet facilement son enthousiasme. Les couplets sont rythmés d’une façon qui marque l’attention et permet d’annoncer un peu le refrain.

Avec son début calme, vous auriez pu vous attendre à ce que je place Second Chances dans la partie déception (mais j’aime aussi les chansons calmes voyons !), mais je retiendrai surtout son très joli refrain, particulièrement doux et mélodieux. Une chanson toute mignonne. Release est dans le même genre (l’enchainement des deux n’est pas forcément très judicieux en revanche), une douce chanson à la guitare sèche qui met aussi en valeur la voix de Dan Reynolds.

  • Les petites déceptions :

Polaroid n’est vraiment pas un titre que j’apprécie. Oui, on retrouve le rythme fort, mais pourtant, il est utilisé pour éviter que la chanson ne manque d’intérêt. Pour moi elle a trop d’accents à la limite du RnB et ce n’est pas ce que j’aime, tout simplement !

It Comes Back To You est un titre sans vraie originalité, sans la question vocale, elle aurait pu être faite par beaucoup de groupes pop-rock, alors que Imagine Dragons démontrent depuis le début qu’ils ont de l’originalité à revendre !

Summer, rien qu’avec le titre laissait présagé quelque chose d’un peu stéréotypé. Le refrain est plutôt sympa avec la voix de Dan Reynolds qui part dans les aigus, mais les couplets pop ne me marquent vraiment pas positivement, il leur manque vraiment quelque chose malheureusement.

Hopeless Opus est un titre aussi à la limite des accents RnB que je n’aime toujours pas (chacun ses gouts mais j’ai du mal). Le refrain en choeur n’est pas révolutionnaire, mais un peu mieux que les couplets cependant.

The Unknown est une petite déception, car elle aurait pu être une jolie chanson calme, mais elle est contaminée par de drôles arrangements au synthé, sur les couplets à la limite du cri de perroquet…

En résumé ? Un album long qui aurait pu se passer de certains titres qui diluent malheureusement l’ensemble. Pourtant, il y a de très bons morceaux qui viennent conforter leur style et donner vraiment envie de les voir en live !

En live ? D’ailleurs le passage en live ce sera fin octobre dans quelques villes françaises, et le 2 novembre au Zénith à Paris !

– Album Review – Imagine Dragons, Smoke + Mirrors

– Album Review – Kodaline, Coming Up For Air

Kodaline n’est plus un groupe à présenter. Forts du succès de leur premier album intitulé In a Perfect World et des titres devenus célèbres comme All I Want, High Hopes ou Love Like This, ils commencent 2015 avec un nouvel album, Coming Up For Air. Cet album se révèle assez étonnant quand on a connu leur premier LP et a des qualités, comme des défauts.

Kodaline_-_Coming_Up_For_Air

De qui parlons-nous ? De 4 irlandais qui font de la folk-pop indie adorable. Le genre qui fait des chansons très belles (les détracteurs parleront de chansons pour les minettes) avec une guitare et un piano. Dans leur premier album, on retrouve même des influences un peu à la Coldplay. En tous cas ces 4 irlandais sont talentueux et ont gagné une belle notoriété complétement méritée. (même si un peu entachée par la présence de beaucoup de jeunes groupies).

 

Et ce nouvel album alors ? Sorti le 8 février, Coming Up For Air se compose de 15 titres (belle performance de nos jours). Autant le dire tout de suite, il est assez inégal, en termes de style comme de qualité.

 

Une note ? Je dirai 3/5, parce que quand les chansons sont réussies, elles sont très belles, mais pas plus, parce qu’ils sont capables de faire bien mieux sur certains morceaux un peu fadasses.

 

Les très bons titres : The One est une très belle chanson d’amour, comme ils savent si bien le faire (sans la dimension folk). Pour encore plus de beauté, filez écouter la version acoustique, qui est un vrai bijou.

Il n’y a pas à dire, c’est dans les chansons très calmes et douces qu’ils excellent. Ainsi, dans les meilleurs titres de l’album on retrouve très facilement Better, où on retrouve même des instruments à cordes rendant le tout très mélodieux. On note aussi les deux derniers titres, War et Moving On, absolument sublimes, jouées au piano et qui mettent la voix du chanteur si bien en valeur.

Légère note différente, deux chansons plus rythmées sortent du lot. Tout d’abord, Ready, aux accents pop et au rythme marqué parvient tout de même à nous faire entendre la voix de Steven Garrigan et à se révéler positivement entrainante. Ma préférée reste pour autant Human Again, au début très très surprenant pour du Kodaline puisque cela sonne bien rock, et sera ensuite agrémenté par un synthé. Le titre est énergique là encore, le refrain est très prenant. J’ai hâte d’en avoir la version live, cela doit très bien rendre !

 

Les bonnes chansons : Parmi les titres sympas on retrouve Honest, qui bien que différente de ce que l’on connait, offre un refrain pop assez cool et s’emballe positivement à la fin du titre. Coming Alive retrouve ce même rythme, entrainant le groupe vers des terrains qu’il connait assez peu. Play the Game pour sa part se fait plus rock, dissolvant un peu l’importance de la voix du chanteur. Le titre est sympa à écouter, mais on n’a pas vraiment l’impression que cela vient de Kodaline malheureusement. D’autres morceaux plus calmes comme Love Will Set you Free ou Unclear sont toutes aussi jolies, et l’ajout des choeurs leur donne un peu plus de relief. Enfin, Lost avec son refrain scandé est assez entrainante, et parvient à terminer de façon assez mélodieuse sur le refrain final.

 

Les chansons … Moins bonnes : Quelques petites déceptions pour des titres comme Autopilot, qui fait un peu pop-rock cheap (en tous cas pas au niveau de Kodaline), ou encore Everything Works Out in the End et Caught in the Middle.

En résumé ? L’album est assez inégal, le style est changé. On y retrouve des qualités de Kodaline comme la voix du chanteur, les belles paroles, mais les arrangements musicaux sont parfois étonnants, voire pas formidables. L’album est agréable à écouter, mais ce qui vaudra surement plus le coup seront les versions acoustiques qu’ils réussissent souvent si bien, et la version live, qui a de quoi donner un bon résultat !

En live ? Ils passent le 5 Mars au Trianon à Paris, et devraient se rendre dans quelques festivals cet été !

 

Ps : je fais une pause dans les vidéos !

– Album Review – Kodaline, Coming Up For Air

Mois musical – Janvier, l’année commence en musique !

janv

Si la fin de l’année est traditionnellement plus calme en termes de sorties d’albums, plutôt réservée aux concerts et compilations à offrir à Noël, le mois de janvier est donc l’occasion de relancer la machine ! Cela se matérialise par de nouvelles sorties d’albums, mais aussi de nouvelles chansons qui annoncent les opus à venir !

 

 

Meilleurs albums :

  • Belle and Sebastian – Girls in Peacetime Want to Dance, album dont je vais bientôt vous parler et qui signe un virage dans le style du groupe, qui s’il intègre la dimension folk/pop-rock, se voit augmenté par une grosse présence disco/electro.
  • Hanni el Khatib – Moonlight, dans lequel le rockeur américain affirme encore son style blues/rock qui lui va si bien ! La review complète est par ici

 

Meilleures songs of the day :

 

Et pour février ?

Les albums à venir : Kodaline sort son nouvel album le 8 février, et on retrouvera José Gonzalez à partir du 23 février, donc un mois qui s’annonce déjà sympathique, et sera agrémenté à n’en pas douter de nouvelles découvertes !

 

A très vite et merci pour vos nombreuses visites sur le blog en janvier !

 

 

Mois musical – Janvier, l’année commence en musique !

Année musicale : que retenir de 2014 ?

2015 vient de commencer, mais prenons quelques instants pour revenir sur l’année 2014 qui vient de s’écouler ! A cette occasion, je vous propose d’illustrer mon article pour la première fois en vidéo. C’est pour l’instant un test, donc n’hésitez pas à me donner votre avis soit sous la vidéo, en commentaire de cet article ou sur les réseaux sociaux !

 


Découvertes d’artistes :

July Talk, ce duo rock si atypique

Cage the Elephant, groupe rock qui mérite qu’on écoute leurs chansons mais surtout qu’on les voit en live

Hollysiz (oui, elle a été révélée en 2013, mais j’ai raté le coche), une artiste prometteuse qui transmet beaucoup d’énergie dans ses titres !

As Animals, ce groupe qui sait aussi transmettre de l’énergie avec leurs titres pop très sympathiques

Alb, avec Whispers under the Moonlight qu’on connait par la publicité mais qui offre beaucoup plus sur son album !

 


Meilleurs albums : cela inclut bien sûr les albums des découvertes citées précédemment, donc notamment As Animals ou July Talk.

– les Black Keys avec Turn Blue, qui ont su nous surprendre et offrir autre chose que ce qu’ils nous ont habitué à entendre. Personnellement j’adore Fever par exemple, ou Weight of Love et son super riff de guitare.

La Roux avec Trouble In Paradise, album hyper dansant qui fleure bon l’été et les tropiques.

Passenger et son Whispers, tout en douceur et en émotions

Hozier et son album du même nom déploie toute l’étendue de son talent, de chansons tristes et douces, à des duos étonnants, d’autres chansons inspirées de la country US ou du gospel…

Skip the Use avec Little Armageddon a également répondu aux attentes qui pesaient sur leurs épaules, en laissant de côté le punk pour un rock plus varié, qui reste toujours aussi prenant.

She&Him avec Classics nous ont offert l’album de Noël avec de très belles reprises agrementées par la voix vintage de Zooey Deschanel

 


Meilleurs lives : ils ont été très nombreux, le choix est assez compliqué, mais il faut bien en citer quelques uns ! (il se peut que j’en ai oublié)

Arcade Fire et leur show bluffant, une véritable explosion d’énergie et de couleurs

Passenger, ce concert où un seul homme sur scène tient tout le public en haleine, entre émotions et moments hyper complices. Sans compter le nombre fou de blagues qu’il a réussi à sortir pendant le concert !

Hozier, un concert doux, avec tout de même un arrangement intéressant de ces chansons qui rendent encore mieux en live !

Tom Odell, la douceur de ces chansons étant contrebalancée par une énergie live insoupçonnée !

Stuck in the Sound et Deportivo ont tous deux proposés (lors de deux concerts distincts) du bon rock qui transforme la salle en pogo géant ! Mention spéciale à l’apparition de Izia sur scène pour le concert de Stuck in the Sound

Woodkid : comment ne pas le mentionner ? Un concert incroyable, avec un orchestre qui fait sonner les chansons comme si l’on était dans une cathédrale, mais aussi Woodkid qui est là pour mettre une très bonne ambiance, avec un Iron d’anthologie.

Rock en Seine a comme chaque année été un excellent festival. Le meilleur des concerts était celui de Queens of the Stone Age, suivi par La Roux, Cage the Elephant, To Kill a King, The Hives ou Alb, et même les Arctics Monkeys malgré la déception engendrée par le ralentissement de leurs titres en live. Cette bonne édition m’a presque fait apprécier le live de Lana del Rey qui visiblement était dans un bon jour niveau chant (son attitude en revanche, c’est autre chose…).

 


Et pour 2015 alors ?

Marina & The Diamonds va sortir un nouvel album, qui à entendre les premiers titres s’annonce très bon

Of Monsters and Men ont également passé une grande partie de l’année 2014 en studio et la chanteuse a confirmé sur Twitter que 2015 serait l’année d’une nouvelle sortie d’album pour le groupe folk islandais !

– le nouvel album de Stuck in the Sound se fait également un peu attendre, mais il devrait enfin arriver !

– Dois-je mentionner que j’attends très impatiemment (ceci est un euphémisme) l’album de Muse et leurs concerts ? Oui, je crois que c’est assez évident comme cela !

Florence & the Machines pourrait également revenir sur le devant de la scène, et ça se serait un peu incroyable !

– Enfin 2015 niveau concerts, pour l’instant pour moi se limite aux Black Keys et aux Wombats en mars, mais à n’en pas douter, d’autres dates s’y ajouteront !

 

Sur ce, bonne année 2015 à vous, meilleurs voeux, surtout plein de bons concerts et écoutes d’albums à vous !

Année musicale : que retenir de 2014 ?