– Mois Musical – Février, un mois court mais de bonne augure !

Le mois de février ne dure que 28 jours (ça fait du bien de commencer par une banalité), et pourtant, il a été le mois de pas mal de retours et autres annonces sympathiques !

Moisfévrier


  • Les meilleurs albums :

Pas de coup de cœur total ce mois-ci, mais de très bons albums tout de même, et j’en retiendrais deux, qui sont d’ailleurs assez similaires en ce que les deux groupes ont connu un succès monstre d’un coup, et devaient confirmer avec leurs nouveaux opus :

Kodaline, avec Coming Up For Air (https://hypermusicality.wordpress.com/2015/02/15/album-review-kodaline-coming-up-for-air/) qui se fait moins intimiste que leur premier album. On glisse (parfois trop) vers des horizons plus pop. On y trouve des morceaux un peu décevants, mais aussi de vraies pépites, qu’il faut donc prendre le temps de dénicher !

– Même sentiment avec Imagine Dragons et Smoke + Mirrors (https://hypermusicality.wordpress.com/2015/02/22/album-review-imagine-dragons-smoke-mirrors/), dans lequel on peut retrouver toute l’intensité à laquelle ils ont su nous habituer, cependant un peu nuancé par des titres parfois fades. Mais il suffit de les éviter pour voir tout le talent de ces deux groupes !


  • Les meilleurs songs of the day :

– La groupie en moi aura été absolument ravie du retour de Florence and the Machine avec What Kind of Man (https://hypermusicality.wordpress.com/2015/02/16/song-of-the-day-florence-and-the-machine-what-kind-of-man/) qui nous prouve qu’elle n’a rien perdu de sa voix, de son énergie et de son côté rock ! Pour tout vous dire, la pré-commande de l’album n’est pas loin !

– Autre retour féminin, la chanteuse Izia a surpris avec ses deux premiers titres Hey, et la Vague, et j’avoue bien aimer le dernier (https://hypermusicality.wordpress.com/2015/02/19/song-of-the-day-izia-la-vague/). Beaucoup plus calme qu’avant, et en français dans le texte, Izia incorpore l’électro à ses compositions, en gardant la force de sa voix, mais en la montrant aussi plus fragile. On préfère son côté rock, mais pas de doute, il ressortira sur scène, si ce n’est dans l’album complet !

– Troisième retour (décidément…) réussi, celui de Passion Pit, dont on retrouve l’électro-pop optimiste avec Lifted Up (https://hypermusicality.wordpress.com/2015/02/18/song-of-the-day-passion-pit-kindred/. On a hâte d’avoir la suite pour danser dessus !

– Dernier retour qui ne dit pas son nom, celui de Passenger qui continue d’écrire quand il est en tournée. On le retrouve dans une vidéo en Afrique du Sud avec Setting Sun (https://hypermusicality.wordpress.com/2015/02/22/song-of-the-day-passenger-setting-sun/). Superbe chanson, encore plus quand on connait son histoire composée de tournées plus ou moins réussies un peu partout. Un texte très bien écrit, sa belle voix, de sublimes paysages, un accompagnement à la guitare… Que demander de plus (à part de le revoir au plus vite) ?


  • A venir pour ce mois de mars ?

– Le retour de To Kill a King, ce petit groupe fort prometteur qui avait été un de mes coups de cœur live de Rock en Seine 2014, parce que vraiment adorables, et qui dissémine des chansons très cools sur Youtube depuis quelques temps !

– Le nouvel album de Modest Mouse, qui utilise la même stratégie et propose des chansons assez sympas, j’ai hate de les découvrir avec ce nouvel album !

– Niveau live, enfin un nouveau concert pour moi ! Et c’est celui des Wombats, ce groupe que j’écoute depuis un certain temps, et qui en profite pour dévoiler de nouveaux titres !

– Enfin, il est fort probable que Muse dévoile un premier titre issu de son nouvel album Drones, et ça, on dit OUI !


Et vous, quel est le groupe ou l’artiste qui a marqué votre mois de février ? Qu’attendez-vous du mois de mars ?

– Mois Musical – Février, un mois court mais de bonne augure !

– Album Review – Kodaline, Coming Up For Air

Kodaline n’est plus un groupe à présenter. Forts du succès de leur premier album intitulé In a Perfect World et des titres devenus célèbres comme All I Want, High Hopes ou Love Like This, ils commencent 2015 avec un nouvel album, Coming Up For Air. Cet album se révèle assez étonnant quand on a connu leur premier LP et a des qualités, comme des défauts.

Kodaline_-_Coming_Up_For_Air

De qui parlons-nous ? De 4 irlandais qui font de la folk-pop indie adorable. Le genre qui fait des chansons très belles (les détracteurs parleront de chansons pour les minettes) avec une guitare et un piano. Dans leur premier album, on retrouve même des influences un peu à la Coldplay. En tous cas ces 4 irlandais sont talentueux et ont gagné une belle notoriété complétement méritée. (même si un peu entachée par la présence de beaucoup de jeunes groupies).

 

Et ce nouvel album alors ? Sorti le 8 février, Coming Up For Air se compose de 15 titres (belle performance de nos jours). Autant le dire tout de suite, il est assez inégal, en termes de style comme de qualité.

 

Une note ? Je dirai 3/5, parce que quand les chansons sont réussies, elles sont très belles, mais pas plus, parce qu’ils sont capables de faire bien mieux sur certains morceaux un peu fadasses.

 

Les très bons titres : The One est une très belle chanson d’amour, comme ils savent si bien le faire (sans la dimension folk). Pour encore plus de beauté, filez écouter la version acoustique, qui est un vrai bijou.

Il n’y a pas à dire, c’est dans les chansons très calmes et douces qu’ils excellent. Ainsi, dans les meilleurs titres de l’album on retrouve très facilement Better, où on retrouve même des instruments à cordes rendant le tout très mélodieux. On note aussi les deux derniers titres, War et Moving On, absolument sublimes, jouées au piano et qui mettent la voix du chanteur si bien en valeur.

Légère note différente, deux chansons plus rythmées sortent du lot. Tout d’abord, Ready, aux accents pop et au rythme marqué parvient tout de même à nous faire entendre la voix de Steven Garrigan et à se révéler positivement entrainante. Ma préférée reste pour autant Human Again, au début très très surprenant pour du Kodaline puisque cela sonne bien rock, et sera ensuite agrémenté par un synthé. Le titre est énergique là encore, le refrain est très prenant. J’ai hâte d’en avoir la version live, cela doit très bien rendre !

 

Les bonnes chansons : Parmi les titres sympas on retrouve Honest, qui bien que différente de ce que l’on connait, offre un refrain pop assez cool et s’emballe positivement à la fin du titre. Coming Alive retrouve ce même rythme, entrainant le groupe vers des terrains qu’il connait assez peu. Play the Game pour sa part se fait plus rock, dissolvant un peu l’importance de la voix du chanteur. Le titre est sympa à écouter, mais on n’a pas vraiment l’impression que cela vient de Kodaline malheureusement. D’autres morceaux plus calmes comme Love Will Set you Free ou Unclear sont toutes aussi jolies, et l’ajout des choeurs leur donne un peu plus de relief. Enfin, Lost avec son refrain scandé est assez entrainante, et parvient à terminer de façon assez mélodieuse sur le refrain final.

 

Les chansons … Moins bonnes : Quelques petites déceptions pour des titres comme Autopilot, qui fait un peu pop-rock cheap (en tous cas pas au niveau de Kodaline), ou encore Everything Works Out in the End et Caught in the Middle.

En résumé ? L’album est assez inégal, le style est changé. On y retrouve des qualités de Kodaline comme la voix du chanteur, les belles paroles, mais les arrangements musicaux sont parfois étonnants, voire pas formidables. L’album est agréable à écouter, mais ce qui vaudra surement plus le coup seront les versions acoustiques qu’ils réussissent souvent si bien, et la version live, qui a de quoi donner un bon résultat !

En live ? Ils passent le 5 Mars au Trianon à Paris, et devraient se rendre dans quelques festivals cet été !

 

Ps : je fais une pause dans les vidéos !

– Album Review – Kodaline, Coming Up For Air

Mois musical – Janvier, l’année commence en musique !

janv

Si la fin de l’année est traditionnellement plus calme en termes de sorties d’albums, plutôt réservée aux concerts et compilations à offrir à Noël, le mois de janvier est donc l’occasion de relancer la machine ! Cela se matérialise par de nouvelles sorties d’albums, mais aussi de nouvelles chansons qui annoncent les opus à venir !

 

 

Meilleurs albums :

  • Belle and Sebastian – Girls in Peacetime Want to Dance, album dont je vais bientôt vous parler et qui signe un virage dans le style du groupe, qui s’il intègre la dimension folk/pop-rock, se voit augmenté par une grosse présence disco/electro.
  • Hanni el Khatib – Moonlight, dans lequel le rockeur américain affirme encore son style blues/rock qui lui va si bien ! La review complète est par ici

 

Meilleures songs of the day :

 

Et pour février ?

Les albums à venir : Kodaline sort son nouvel album le 8 février, et on retrouvera José Gonzalez à partir du 23 février, donc un mois qui s’annonce déjà sympathique, et sera agrémenté à n’en pas douter de nouvelles découvertes !

 

A très vite et merci pour vos nombreuses visites sur le blog en janvier !

 

 

Mois musical – Janvier, l’année commence en musique !

– Live Report – Eugene McGuinness & Kodaline aux Soirs d’été Oui FM

Le festival Soirs d’Eté de Oui FM permettait cette année encore de voir toute une série d’artistes en concerts gratuits sur la place de la République. Pour ma part, j’ai choisi le mardi soir, où se produisaient Eugene McGuinness et Kodaline -ainsi que John Butler Trio, mais n’étant pas fan et trempée, j’ai passé mon tour à cette occasion. Oui, parce que Soirs d’été rimaient cette année avec détrempé, le festival ayant été agrémenté par de bonnes averses, qui a clairsemé la place de la République, mais n’a pas altéré la performance des artistes présents.

C’est Nick Mulvey qui a ouvert la soirée, avec une folk pop assez agréable que je vais essayer de prendre le temps de découvrir. Ne connaissant que Cucurucu, c’était une découverte sympa.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mais ce sont plutôt les deux groupes suivants que j’attendais. Eugene McGuinness passait en premier, présentant ainsi son nouvel album, Chroma, sortit en début de semaine. Le Britannique a fait soft vestimentairement, avec une chemise rouge à carreaux et un pantalon noir. (il m’a cependant fallu deux chansons pour le voir, à cause des parapluies qui bloquaient la vue).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il a donc alterné entre les titres de son dernier album -commençant par Godiva – et ceux du précédent, dans un mélange assez efficace. Parmi ceux du dernier album, on peut signaler le très étrange « I Drink Your Milkshake » au sujet prosaïque particulièrement déconcertant, mais surtout les très bons Heart of Chrome & the Crueller Kind. Les titres tels que Lion, Sugarplum ou Shotgun sont toujours aussi efficaces et offrent un très bon set de britpop alliée à son attitude de crooner.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour l’avoir vu deux fois auparavant en live (Rock en Seine et en première partie de Miles Kane), on sent qu’il prend de la confiance. Heureusement, il a enfin appris à terminer ses chansons non pas à la hache, mais d’une façon moins brutale, comme cela peut l’être sur ses albums studios. Son attitude de crooner rock est également assumée, notamment lorsque sur Lion il lâche sa guitare pour chanter et bouger plus librement. Bref, il a fait des progrès et ne déçoit absolument pas.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après une pause pluvieuse, c’est au groupe irlandais Kodaline de faire son entrée sur scène. J’avoue que j’appréhendais un peu leur set, pour les avoir vu en novembre dans une toute petite salle (le Divan du Monde), dont l’ambiance intimiste leur correspondait parfaitement. Et là encore, il y a eu du progrès de fait entre temps. A mon sens, on est passés d’un petit groupe un peu timide, avec un chanteur parfois gêné, à un groupe qui a fait les plus grands festivals et qui sait faire face à une foule de gens (même à ceux qui ne sont pas forcément venus pour eux).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le set est classique, avec des titres tirés de leur album, dont des morceaux charmants comme Brand New Day ou Way Back When. Le bassiste glisse quelques mots en français entre les chansons -notamment le temps de rappeler qu’ils passent en concert à la Cigale en septembre – et le chanteur remercie le public entre chaque morceau. Way Back When est l’occasion d’un souvenir particulier (en novembre il racontait que cette chanson parlait de grandir avec ses amis, ce qui inclue également le bassiste du groupe), ponctué de quelques rires du chanteur. L’ambiance est détendue, alors que le set est ponctué par les morceaux phares du groupe.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ainsi, Love Like This marque une très jolie envolée pop du groupe qui fera réagir le public. Le set se termine sur l’enchainement – à la limite du machiavélisme – de High Hopes et All I Want, deux chansons absolument sublimes, mais aussi particulièrement tristes. A cette occasion ils captivent l’assistance et prolongent le dernier titre, comme pour faire durer le plaisir.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Eux aussi ont donc grandi depuis leur dernier passage en France. Le groupe a pris en maturité, et est toujours aussi bon musicalement, c’est un plaisir de les voir en live. L’ambiance intimiste est tout de même ce qui leur convient le mieux à mon sens, tant leurs chansons sont belles.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le festival des Soirs d’Eté Oui FM aura donc été l’occasion de revoir deux de mes chouchous 2013-2014, et malgré la pluie, c’est toujours une opération sympathique, donc merci Oui FM!

 

– Live Report – Eugene McGuinness & Kodaline aux Soirs d’été Oui FM