– Mois Musical – Juin, du lourd avant l’été

Un peu en retard, mais pas trop, je vous livre mon sentiment sur les sorties du mois de juin, dernier mois avant le break de l’été, traditionnellement plus consacré aux lives pour la saison des festivals !

 

Moisjuin

 

dronesLes albums : Impossible de parler du mois de juin sans évoquer la sortie de l’album de Muse, Drones. Je n’en ai pas fait d’article, tout simplement parce que Muse étant mon groupe préféré, je ne suis vraiment pas certaine de réussir à en parler comme je le voudrais. On retiendra simplement que l’album est très bon à mon sens, que des titres comme Reapers, Defector, The Handler ou Psycho fleurent bon le gros rock, tandis que d’autres titres sont différents mais assez formidables, notamment Dead Inside dont j’aime beaucoup la puissance. The Globalist est aussi un beau titre long comme ils savent les faire. Enfin Drones est la petite blague de fin d’album, je n’en dirais pas plus !

A34C1AC2DA016D49062BB78EFF135A2209Mais le gros coup de coeur du mois (hors Muse) est venu des fabuleux islandais de Of Monsters and Men. Avec Beneath The Skin (dont je vous parle ici), ils livrent un album différent du précédent, laissant parler un côté plus pop, voire pop-rock. Cela fonctionne parfaitement bien, le résultat est génial, je vous laisse revenir à mon article à ce sujet pour découvrir les titres qui m’ont le plus marquée.

ArticleSharedImage-47483Autre coup de coeur assez énorme du mois pour Florence + The Machines et son dernier album How Big How Blue How Beautiful, aux accents rock, moins lugubre que les précédents, mais tout aussi fou et énergique. Et là, j’ai vraiment hâte d’être au concert du 22 décembre !

 

 

En live : On continue quelques instants avec les islandais de Of Monsters and Men, toujours de vrais amours sur scène, et qui parviennent aussi à mettre une grosse ambiance en fosse pendant Lakehouse et Little Talks, avant d’alterner entre énergie et émotions. (voici le live report)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Juin c’est aussi le début des concerts en extérieur (et surtout gratuits). L’occasion de revoir deux fois Skip the Use, une fois pour la finale du Top 14 de rugby (combinant mes deux passions et la victoire du Stade Français à la folie de Skip the Use, beau mélange), pour un concert vraiment cool, malgré un public pas toujours concerné, et une seconde fois lors de la fête de la musique Deezer. Malgré la présence de Alb (un de mes récents coups de coeur) et giphy - copie 2de Skip the Use, ce concert s’est révélé affreux, à cause d’une place de la Répubique surbondée, et surtout traversée en permanence par des gens visiblement non renseignés sur la programmation, qui ont donc pourri le concert pour moi.

 

Le concert du OUI FM Festival fut cependant meilleur, avec une bonne redécouverte live pour Temples,qui a visiblement choisi de laisser le psychédélique musicalement de côté (même si celui-ci a fait une légère incursion sur leurs tenues et coupes de cheveux improbables). Mais surtout, ce fut l’occasion de faire taire mes doutes sur Noel Gallagher’s High Flying Birds. Ils ont livré une très bonne performance rock, évidemment guidée par Mr Gallagher, qui certes ne se montre pas très jovial, mais n’a pas besoin de cela pour plaire au public et démontrer son talent. Et glisser quelques chansons d’Oasis, telles que Digsy’s Dinner ou Whatever, mais surtout finir sur la superbe Don’t Look Back in Anger, est une formidable idée.

 

Les Song of the Day coup de coeur : Parmi les chansons publiées ce mois-ci sur le blog, beaucoup de chansons issues des albums déjà chroniqués, donc je vais me concentrer ici sur les nouveautés et découvertes.

D’abord Ms Mr marquent doucement leur retour, par une lyric vidéo pour leur chanson How Does It Feel, aux couleurs acidulées, qui correspondent si bien à leur style pop, idéal pour l’été !

Les Naive New Beaters reviennent également sur le devant de la scène avec Run Away, toujours dans leur style décalé mais là encore particulièrement vitaminé !

Enfin, énorme retour plutôt inattendu pour Foals, avec What Went Down, qui rappelle bien que ce groupe c’est du lourd, et qu’on a vraiment hâte d’avoir leur prochain album !

 

Et pour le mois de juillet ? Bientôt le concert de Mumford and Sons à l’Olympia, ce que j’attends depuis très longtemps ! J’ai vraiment hâte d’entendre leurs meilleures chansons en live !

Egalement malgré une programmation décevante, je pourrais faire un tour au Festival Fnac Live le samedi, pour voir Izia en live, et constater par moi-même si elle a gardé l’énergie des premiers albums !

 

Et vous, qu’avez-vous aimé pendant ce mois de juin ?

Publicités
– Mois Musical – Juin, du lourd avant l’été

– Album Review – Of Monsters and Men – Beneath the Skin

Nouvel album venu d’Islande en vue ! En effet, les islandais du groupe Of Monsters and Men sont de retour avec Beneath the Skin, qui intervient 3 ans après le précédent, My Head is an Animal. Autant le dire tout de suite, ce retour est plus que réussi, avec un album tout simplement génial à écouter !

A34C1AC2DA016D49062BB78EFF135A2209

Petit retour sur Of Monsters and Men, ce groupe de 5 membres – souvent accompagné d’un ou deux musiciens supplémentaires sur scène – qui nous vient du grand nord. Leur style pop-folk aux paroles oniriques avait fait leur succès en 2012 grâce à Little Talks et Lakehouse. Un premier album déjà très réussi qui les avait fait progressivement connaître et tourner dans le monde entier.

La confirmation arrive bien avec le nouvel album, Beneath The Skin, dont les premiers titres ont été distillés sous la forme de lyric vidéos originales, chantées en playback par des personnages atypiques et très impliqués par leurs émotions !

Chansons ♡♡♡ :

Empire est clairement mon coup de coeur absolu de cet album. Chanté par Raggi, ce titre fait preuve d’un rythme plutôt marqué avec des accords de guitare électrique mêlés à ceux de la guitare sèche. La voix est douce mais sait donner les intonations qu’il faut pour que ce ne soit pas monotone, jusqu’au refrain, chanté par Nanna et Raggi de façon très fluide donnant un aspect très mélodieux.

Pas très loin derrière on retrouve I Of The Storm, une chanson beaucoup calme et émouvante comme ce groupe sait si bien le faire. La voix de Nanna fait sentir cette émotion. Si le rythme est là aussi marqué, le pont reste très mélodieux et doux, avant un refrain particulièrement beau.

Human est là encore un très bon titre, au rythme très marqué (c’est une bonne surprise de cet album, qui utilise beaucoup mieux son super batteur). Le refrain est très puissant, presque rock (si si !) sur lequel les deux voix se mélangent comme toujours super bien.

OMAM4Wolves Without Teeth dévoile un rythme plus doux, et un vrai dialogue entre les deux voix même sur les couplets. Le refrain est quant à lui encore tout doux mais teinté de sonorités légèrement rock qui donnent de la personnalité au titre. Des voix se rajoutent sur le deuxième refrain et la guitare électrique est également plus présente au fur et à mesure, laissant voir une vraie progression.

Pour continuer dans la première moitié de cet album, on retrouve Hunger, titre qui commence tout doucement sur la voix de Nanna et une guitare sèche. Après quelques couplets, le rythme devient plus présent et la voix plus énergique.

We Sink est là encore un vrai dialogue entre Nanna et Raggi dont les voix vont décidément si bien ensemble ! Le refrain est très puissant, bien amené par des couplets calmes sans l’être vraiment. Ils réussissent (dans cette chanson comme dans tout l’album finalement) à conserver leur douceur sans pour autant négliger le rythme et la puissance de leurs titres.

Enfin, une chanson bonus, Winter Sound est une vraie petite pépite. L’entame est directement rock, presque vintage, avant d’être en rupture avec le couplet sur lequel la guitare électrique disparaît. Mais l’énergie est toujours là, grâce au rythme très marqué et à l’intonation de la voix de Nanna. La force qu’elle impose sur le refrain en fait une sorte d’hymne, repris en coeur par le reste du groupe. Un titre qui aurait bien fait de ne pas seulement être « bonus » !

Chansons ♡♡ :

OMAM2La douce Organs n’est pas sans rappeler le style du titre Love Love Love, avec la voix de Nanna remplie d’émotions, seulement une guitare sèche pour l’accompagner du moins au début. C’est un très beau titre, plein de sincérité et d’une véritable émotion.

Crystals, plus énergique, a été le premier titre révélé pour cet album. Par sa force, il a lui aussi le pouvoir d’être un véritable hymne, repris à n’en pas douter en choeur par les publics lors des concerts. Le refrain est hyper efficace, tandis que les couplets sont mélodieux et doux, un excellent titre donc, qui doit encore mieux rendre en live !

Slow Life n’est pas si calme que le titre pourrait laisser imaginer. Les accords après le couplet sont très sympa, et laissent encore une fois entrevoir les sonorités rock ajoutées au style folk du groupe. Le refrain est lui aussi très joli, même si on a un peu l’impression que le titre met légèrement trop de temps à démarrer.

Black Water est cette fois ci chantée au départ par Raggi, avant que Nanna reprenne le chant d’une très belle façon, lors d’une montée en crescendo dès plus réussies. Ensuite s’y ajoutent de très jolis effet de choeur, qui restent pourtant dans la simplicité de ce qu’ils peuvent faire.

Thousand Eyes démarre tout doucement, avant qu’à la seconde moitié, le titre augmente en puissance. Ce début doux est très mignon et tout en sincérité, avant que le rythme ne se fasse presque oppressant, avant des instruments très bien utilisés, on se croirait presque dans une musique de film à suspense avec la longue partie instrumentale finale !

Enfin, Backyard (chanson bonus) est plutôt sympa, mais ne figure pas spécialement parmi mes préférées. On y retrouve l’ambiance douce et parfois onirique de leurs compositions, mais cela ne démarre jamais vraiment, même si le titre reste très joli.

 

OMAM3En bref, Of Monsters and Men reviennent de façon magistrale avec ce nouvel album. Ils ajoutent une légère dimension rock à leur style pop-folk qui ajoute une dimension supplémentaire à leurs titres. Ils restent cependant un mélange paradoxal de douceur, de simplicité mais aussi d’une vraie énergie et d’un certain enthousiasme.

Ils se produisent en live au Trianon le mercredi 17 juin, pour un concert complet, et ça, ça fait vraiment plaisir de voir que le public sera au rendez-vous. J’y serai, attendez-vous du coup à un live report d’ici peu ! C’est aussi pour cela que j’ai choisi de vous parler de leur album cette semaine et pas celui de Muse (dont la review arrivera… prochainement !)

 

Petit plus : si vous les aimez bien, n’hésitez pas à aller les suivre sur leur compte Snapchat (helloomam) qui livre des petites vidéos ou photos sur leur quotidien de façon assez drôle !

– Album Review – Of Monsters and Men – Beneath the Skin

– Mois Musical – En mai, tout te plait ?

Retour de la chronique mois musical concernant le mois de mai (certains mois passent un peu à la trappe oups !), avec de très bons albums, un excellent concert, et de formidables perspectives pour le mois de juin, que demander de plus ?

mai

Les albums : Les deux à retenir pour le mois de mai sont assez faciles à deviner…. Il y a d’abord celui de Mumford And Sons, au style un peu moins folk que précédemment, mais qui garde l’émotion et la puissance dont ils sont capables (mon avis plus précis par ici). Dans un autre genre, j’ai beaucoup aimé aussi le deuxième album solo de Brandon Flowers, très pop et surtout réussi dans son originalité (plus de précisions ici).

 

tumblr_nigb2cTYGZ1re3x32o1_250Les songs of the day : Un mois assez chargé en bonnes chansons sachant que beaucoup d’albums vont bientôt sortir, difficile de n’en retenir que quelques unes (sachant que si je les publie sur Hypermusicality c’est que je les apprécie déjà pas mal), mais on va essayer !

FFS (Franz Ferdinand & Sparks) dévoilent un peu plus l’album à venir avec Collaborations don’t Work, titre ô combien ironique qui mérite déjà d’être salué, et qui en plus dévoile un style intéressant, assez grandiloquent sur le refrain. A suivre (mais cette collaboration a l’air de plutôt bien fonctionner)!

Autre album à venir qui se dévoile : celui des islandais Of Monsters and Men, qu’on retrouve avec Empire, qui est pour moi la meilleure qui ait été dévoilée jusqu’alors avec un super refrain, un vrai entrain !

Beaucoup moins attendu, on retrouve Nate Ruess, chanteur du groupe Fun, en solo avec Great Big Storm. Il reprend bien le style de Fun avec sa voix caractéristique et l’emploi de choeurs, et c’est très réussi !

Encore un peu moins attendu, le retour des Stereophonics (qui seront à Rock en Seine !) avec C’est La Vie (en français dans le texte), titre rock assez rythmé. Je ne m’attendais pas forcément à quelque chose d’aussi rock, j’ai hâte d’entendre la suite !

Enfin, Everything Everything aussi amorcent leur retour avec Regret, titre toujours aussi original comme ils savent le faire, mais très réussi, avec un rythme marqué mais gommé par une voix plus présente qu’à leur habitude. Là encore, j’aimerais bien que l’album sorte vite pour avoir plus de leurs chansons !

 

Le concert du mois : Oui, il n’y en a eu qu’un, mais quel concert ! Celui de Marina and the Diamonds, de retour après de très longues années d’absence à Paris. Elle a enflammé la salle avec ses titres les plus pop mais aussi les plus émouvants. Sa voix est encore plus impressionnante en live qu’en studio et ses petites mimiques assurent bien sa personnalité pop originale, tout en montrant qu’on peut faire de la pop en sachant chanter, et en restant sincère !

 

giphy (3)Et le mois de juin ? Dernier mois avant la pause supposée des ventes d’album pendant l’été et les festivals, il devrait être bien copieusement chargé ! Entre l’album de Muse, celui de Florence and the Machine ou encore celui de Of Monsters and Men, je ne vais plus savoir où donner de la tête, surtout qu’il faudra en rajouter d’autres, comme celui de FFS. Et niveau concert, ce sera le retour de mes islandais chouchous Of Monsters and Men au Trianon pour présenter leur nouvel album !

Bon mois de juin à tous ! Vous en attendez quelque chose en particulier ?

 

– Mois Musical – En mai, tout te plait ?

– Album Review – Citizens! – European Soul

On retrouve Citizens! trois ans après leur premier album ! Avec European Souls, le style évolue un peu, mais le groupe reste toujours dans ce même genre dansant qu’on écoute dès que le soleil revient.

Cover-Citizens-European-Soul

De qui parlons-nous ? Il s’agit d’un groupe londonien, qui avait fait sensation en 2012 lors de la sortie de Here We Are leur premier album, produit par Alex Kapranos (de Franz Ferdinand), et par Kitsuné. On a aussi retrouvé le chanteur dans pas mal de campagnes de pub branchées. Et pour les avoir vus deux fois en live (Rock en Seine 2012 et un concert très spécial aux Galeries Lafayettes), c’est un groupe vraiment très cool !

 Et ce nouvel album ? Après la médiatisation, il faut bien se remettre au travail musical ! European Soul est sorti mi-avril, et s’adapte beaucoup mieux au style Kitsuné (volontairement ou pas).

Première impression : « Ah non, c’est de l’électro chill jesaispastropquoi comme on en entend partout » et puis quelques secondes plus tard « Ouf, ils ont fait ça à leur sauce quand même ! ». Oui, on tombe dans l’électro tendance, mais leur patte reste bien présente, ne serait-ce que par la voix du chanteur et leur volonté toujours intacte de faire danser le public !

Une note ? Je dirais 4/5 !

 

  • Les chansons coup de coeur :

Lighten Up, première chanson dévoilée (avec un clip interactif bien cool http://www.citizenscitizens.com/lightenup/) est une chanson bien rythmée par le piano présent tout le long du titre ! On est plus dans la veine pop du groupe, et ça fait du bien de les retrouver comme cela.

Brick Wall est aussi une grande réussite. Cette fois-ci c’est la guitare qui est le fil conducteur de ce titre. La chanson est là encore pop, légère, très agréable à écouter !

I remember est moins légère, plus électro sur les couplets, avec toujours un rythme bien marqué. La voix de Tom Burke – le chanteur – est toujours aussi bien à écouter, et elle apporte une vraie plus-value sur ce titre !

Un peu plus de WTF avec Xmas Japan, dans laquelle on nous souhaite un joyeux noël.. Mais le titre malgré cela est vraiment très cool, avec des couplets calmes et un refrain teinté d’électro et une voix mélodieuse.

Are You Ready pour la suite ? Cette chanson est aussi un titre que j’apprécie tout particulièrement, surtout pour son refrain un peu aérien qui devient plus rythmé en crescendo.

Enfin, All I Want is You laisse un peu tomber l’électro, pour être plus dynamique, mais aussi un peu moins élaborée que les autres, presque plus sincère. Ce titre est délicieusement vintage et est une très bonne surprise dans un album de ce style !

 

  • Les chansons sympas :

Waiting for Your Lover est celle qui m’a fait craindre un album trop electro hype pour moi, mais finalement elle se révèle est un titre agréable à l’écoute, là encore elle est légère et doucement rythmée.

My Kind of Girl est moins légère, même si le dynamisme dansant qui les caractérise revient sur le refrain (qui est vraiment génial) pour notre plus grand plaisir !

Trouble se teinte de sonorités disco, allant plutôt bien avec leur style dansant. Les choeurs contribuent aussi à cet aspect rétro très sympa. Le refrain est plus classique mais tout aussi sympa !

Have I Met You ? est là encore une chanson au refrain meilleur que les couplets, un peu trop calmes. Elle reste pour autant une très bonne chanson !

Mercy est quant à elle une chanson calme, là encore plus sincère que les autres. On entend bien la voix de Tom Burke. Les passages avec les choeurs sont aussi assez émouvants !

Idiots est enfin plus rythmée, très sympa et dansante !

 

  • Les petites déceptions :

European Girl est une chanson un peu trop lancinante pour moi, le rythme n’est pas assez rapide à mon gout !

Enfin, Only Mine est là aussi un peu trop calme pour moi, elle est sympa mais il lui manque un petit quelque chose pour moi !

 

En résumé : On a un très bon album, dans l’air du temps, mais aussi qui garde la spécificité dansante du groupe et la voix de Tom Burke. Il y a une très belle énergie qu’on a hâte de voir en live ! (ils sont déjà passé à Paris, il faudra attendre un peu pour les revoir)

Vidéo

– Album Review – Marina and the Diamonds, Froot

Marina and the Diamonds est de retour après plusieurs années d’attente ! Enfin, la chanteuse pop terriblement sous-estimée sort un nouvel album, Froot, savamment promu sur les réseaux sociaux. 

MATD

De qui parlons-nous ? Nous parlons de Marina Diamandis, jeune galloise d’origine grecque (ça c’est du mélange !) qui s’est fait connaître avec ses deux premiers albums Family Jewels et Electra Heart (dont le succès n’a pas été à la hauteur de ce qui aurait pu être espéré) avec des chansons comme Hollywood, Oh No, Radioactive, Bubblegum Bitch ou Primadonna.

Et donc, ce nouvel album ? Beaucoup plus sincère et mature que les précédents, Froot explore divers registres et expose les multiples talents de Marina Diamandis (notamment au niveau des paroles et de sa voix)

Première impression : Après les écoutes des premières chansons dévoilées sur Youtube, à chaque fois une certitude émergeait : l’album allait être génial. Et à l’écoute de cet album, cela se confirme !

Une note ? Pour ne pas mettre 5/5, je dirais 4,5/5. L’album est vraiment génial, mais on peut toujours trouver un petit quelque chose à redire !

 

  • Les titres géniaux : 

Premier de la liste de façon incontestée pour moi : Savages, chanson vraiment réussie qui explore la sauvagerie des relations humaines, avec des paroles très bien trouvées, notamment sur le refrain ! En plus d’avoir un vrai sens, les rimes sont bien trouvés et du coup sont encore plus faciles à retenir. Côté musique, le titre est pop, presque rock, ce qui va bien à la voix grave de Marina Diamandis. Sans aucun doute, c’est mon coup de coeur de l’album !

L’accent rock se retrouve un peu dans Better than That aussi avec des guitares électriques, qui habituellement ne marquent pas le style pop de Marina and the Diamonds. Sa voix se fait encore plus grave sur les couplets, avant d’être plus aigue sur les refrains, donnant un joli contraste.

Le rock s’efface au profit de la pop pour la plupart des titres (même si l’album ne l’est pas autant que les précédents), notamment pour Froot, chanson titre de l’album. Le titre est pop, hyper catchy, avec un refrain plus mélodieux que le reste. Difficile de ne pas danser à son écoute ! Marina fait ce qu’elle fait de mieux avec ce titre, une chanson acidulée, pour autant pas dénuée de sens.

Blue est aussi une très bonne chanson de ce type pop, avec un refrain particulièrement enthousiasmant. Le rythme est souvent assez marqué, tout en restant sur un ton plutôt léger, c’est vraiment agréable à écouter !

Mais cet album se veut plus mature, Marina laisse tomber le masque qu’elle a pu porter avant de briseuse de coeurs. Elle se fait plus sincère et dévoile donc des chansons plus douces, plus touchantes, laissant voir une facette différente. Sa voix se prête vraiment à des titres comme I’m a Ruin, plus calme que les chansons précédemment citées, et qui est assez touchante dans son texte. Le titre est aérien, malgré un rythme encore assez présent, qui évite l’ennui.

Sa voix s’exprime aussi très bien sur la superbe Happy qui ouvre l’album. Rien à voir avec ce à quoi on pourrait s’attendre : le titre est ultra calme et doux. Le choix est étonnant pour ouvrir un album. Mais c’est une ouverture nécessaire à l’album, après les deux précédents qui laissaient deviner qu’elle n’était pas heureuse (« so now you know, you know it all, that I’ve been desperately alone »). Cette chanson est vraiment belle, et le message ne peut que toucher.

Enfin, Immortal termine l’album sur la même douceur que Happy l’avait ouvert. Le message est là encore très touchant, et sa voix est un vrai bijou. Le tout est très mélodieux, et mérite vraiment d’être écouté !

  • Les chansons sympa : 

Puisqu’il faut bien distinguer un peu certains titres, je rassemble ici des titres réussis, mais qui ne sont pas des coups de coeur comme les précédents.

On commence avec Forget, dont j’aime beaucoup l’énergie pop-rock, qui permet encore une fois de mettre en relief le côte grave de la voix de Marina Diamandis. Seul bémol, la répétition au niveau du refrain, alors qu’elle nous habitue à mieux (pourtant le reste des paroles est encore très bon) !

Gold est plus indie-pop, à la fois douce et acidulée, joli mélange inédit dans son style. Le rythme est marqué par des claquements de mains, donnant un petit côté acoustique qui change de la pop !

Can’t Pin Me Down manque un peu de relief, elle est pop mais assez calme. Elle est sympa à écouter, toujours grâce à la jolie voix de Marina Diamandis et à ses paroles, mais au niveau musical, il manque peut-être un petit quelque chose, un petit grain de folie qu’elle sait pourtant si bien ajouter.

Solitaire est cette fois-ci beaucoup plus calme et assumée comme telle. Là encore les paroles valent le coup d’être remarquées. Le pré-refrain est un petit bijou. Le rythme est plus lent, les vers sont assez longs, donnant un rythme particulier, plus langoureux.

Weeds est teintée de pop, mais toujours assez calme et est l’occasion pour Marina Diamandis de monter sa voix plutôt dans les aigus. Il est un peu dommage de faire retomber l’énergie amorcée par Better than That avant Savages.

 

En résumé : Cet album est génial, et laisse Marina Diamandis s’exprime différemment des deux précédents. On la retrouve très bonne compositrice, plus touchante, plus mature, mais qui sait insuffler une bonne dose de pop et même un peu de rock quand il le faut. Un album tout en maîtrise qui vaut vraiment le coup d’être écouté (je ne regrette vraiment pas de l’avoir précommandé) !

En live ? Ca sera le 13 mai au Trianon. Cela devait être au Trabendo, mais la demande croissante à fait déplacé le concert au Trianon. Pas d’excuse, le lendemain c’est férié, alors on se bouge pour aller voir ce phénomène en live !

 

– Album Review – Marina and the Diamonds, Froot

– Mois Musical – Février, un mois court mais de bonne augure !

Le mois de février ne dure que 28 jours (ça fait du bien de commencer par une banalité), et pourtant, il a été le mois de pas mal de retours et autres annonces sympathiques !

Moisfévrier


  • Les meilleurs albums :

Pas de coup de cœur total ce mois-ci, mais de très bons albums tout de même, et j’en retiendrais deux, qui sont d’ailleurs assez similaires en ce que les deux groupes ont connu un succès monstre d’un coup, et devaient confirmer avec leurs nouveaux opus :

Kodaline, avec Coming Up For Air (https://hypermusicality.wordpress.com/2015/02/15/album-review-kodaline-coming-up-for-air/) qui se fait moins intimiste que leur premier album. On glisse (parfois trop) vers des horizons plus pop. On y trouve des morceaux un peu décevants, mais aussi de vraies pépites, qu’il faut donc prendre le temps de dénicher !

– Même sentiment avec Imagine Dragons et Smoke + Mirrors (https://hypermusicality.wordpress.com/2015/02/22/album-review-imagine-dragons-smoke-mirrors/), dans lequel on peut retrouver toute l’intensité à laquelle ils ont su nous habituer, cependant un peu nuancé par des titres parfois fades. Mais il suffit de les éviter pour voir tout le talent de ces deux groupes !


  • Les meilleurs songs of the day :

– La groupie en moi aura été absolument ravie du retour de Florence and the Machine avec What Kind of Man (https://hypermusicality.wordpress.com/2015/02/16/song-of-the-day-florence-and-the-machine-what-kind-of-man/) qui nous prouve qu’elle n’a rien perdu de sa voix, de son énergie et de son côté rock ! Pour tout vous dire, la pré-commande de l’album n’est pas loin !

– Autre retour féminin, la chanteuse Izia a surpris avec ses deux premiers titres Hey, et la Vague, et j’avoue bien aimer le dernier (https://hypermusicality.wordpress.com/2015/02/19/song-of-the-day-izia-la-vague/). Beaucoup plus calme qu’avant, et en français dans le texte, Izia incorpore l’électro à ses compositions, en gardant la force de sa voix, mais en la montrant aussi plus fragile. On préfère son côté rock, mais pas de doute, il ressortira sur scène, si ce n’est dans l’album complet !

– Troisième retour (décidément…) réussi, celui de Passion Pit, dont on retrouve l’électro-pop optimiste avec Lifted Up (https://hypermusicality.wordpress.com/2015/02/18/song-of-the-day-passion-pit-kindred/. On a hâte d’avoir la suite pour danser dessus !

– Dernier retour qui ne dit pas son nom, celui de Passenger qui continue d’écrire quand il est en tournée. On le retrouve dans une vidéo en Afrique du Sud avec Setting Sun (https://hypermusicality.wordpress.com/2015/02/22/song-of-the-day-passenger-setting-sun/). Superbe chanson, encore plus quand on connait son histoire composée de tournées plus ou moins réussies un peu partout. Un texte très bien écrit, sa belle voix, de sublimes paysages, un accompagnement à la guitare… Que demander de plus (à part de le revoir au plus vite) ?


  • A venir pour ce mois de mars ?

– Le retour de To Kill a King, ce petit groupe fort prometteur qui avait été un de mes coups de cœur live de Rock en Seine 2014, parce que vraiment adorables, et qui dissémine des chansons très cools sur Youtube depuis quelques temps !

– Le nouvel album de Modest Mouse, qui utilise la même stratégie et propose des chansons assez sympas, j’ai hate de les découvrir avec ce nouvel album !

– Niveau live, enfin un nouveau concert pour moi ! Et c’est celui des Wombats, ce groupe que j’écoute depuis un certain temps, et qui en profite pour dévoiler de nouveaux titres !

– Enfin, il est fort probable que Muse dévoile un premier titre issu de son nouvel album Drones, et ça, on dit OUI !


Et vous, quel est le groupe ou l’artiste qui a marqué votre mois de février ? Qu’attendez-vous du mois de mars ?

– Mois Musical – Février, un mois court mais de bonne augure !