– Live Report – Rock en Seine Jour 3

Dernier live report pour la dernière journée du festival. Sur le papier, cette journée a largement de quoi remonter le niveau après un samedi légèrement décevant. Et cela se confirmera tout au long de la journée et de la soirée, pour une clôture en apothéose !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le premier concert que j’ai été voir ce jour là a été celui de To Kill a King. Encore quelques minutes avant celui-ci, le public n’est pas très nombreux, laissant craindre un concert un peu vide pour un groupe qui mérite pourtant une vaste audience. En effet, c’est un très bon set que nous délivrera le groupe. Tout plein d’énergie, les chansons pop teintées de folk s’enchainent, avec évidemment le très bon Rays qui a fait connaître le groupe. Le chanteur a également beaucoup d’humour, parvenant en insistant un peu à faire se lever la foule qui s’était assise. Il nous fera même jouer à une sorte de 1,2,3 soleil musical sur Gasp, nous demandant d’arrêter de bouger dès lors que la musique se faisait plus calme. Un stratagème qui parait un peu puéril dit comme cela mais qui aura eu le mérite de faire bouger tout le monde et de réveiller le public. C’est donc un très bon moment passé avec To Kill a King, qui eux-mêmes semblaient ravis d’être là, et c’est quelque chose qui fait aussi vraiment plaisir en tant que public.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

A peine la scène quittée, nous entendons déjà malgré la distance la musique de Airbourne. Il faut dire que le volume était probablement à son maximum. De ce que j’en ai vu, ils mettaient une ambiance de feu avec leur hard rock bien prononcé. C’est alors que j’ai fait un petit tour au Village du Disque – et acheté le dernier album de Queens of the Stone Age. L’occasion de constater que c’est une initiative très sympa pour revaloriser les disquaires !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ensuite, Warpaint se produisait sur la Scène de la Cascade. Elles ne m’ont pas vraiment convaincues. Oui, leur musique est sympathique, mais le live n’apporte rien de passionnant.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’avais beaucoup aimé l’album de Brody Dalle, du coup j’attendais son live avec impatience. Or, je ne suis pas restée plus d’une chanson, car elle ne chante pas vraiment bien, elle en fait beaucoup trop sur le côté « écorchée vif » et le résultat n’est pas top. C’est dommage…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En même temps, jouait Selah Sue, qui a délivré une partition soul très sympathique. J’avoue que je ne la voyais pas si énergique sur scène donc j’ai été assez positivement surprise. Et pour le coup, sa voix à elle sort de l’ordinaire et est au top !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On continue dans la veine féminine avec la curiosité du jour : Lana del Rey. A part dans les premiers rangs remplis de groupies en émoi, le public est là pour savoir si elle va bien chanter – si déjà elle monte sur scène – et dans quel état elle sera. Elle monte sur scène et commence plutôt souriante à trouver la situation « so exciting ». Après le premier titre, elle descend dans la foule chercher ses cadeaux. Le décor est planté, la diva est en place. De façon générale, j’avoue avoir plutôt apprécié certains titres, car assez étonnamment elle n’a pas mal chanté (après avoir vu des lives sur youtube je m’attendais à largement pire). Elle a fait Young and Beautiful, chanson tirée de la bande son de the Great Gatsby, chanson que j’adore, mais qui a été un peu massacrée par des instruments trop forts derrière. Il manquait d’instruments à corde, car elle n’était accompagnée « que » d’un guitariste, bassiste, batteur et pianiste. Dommage, car certains de ses titres méritaient un accompagnement plus subtile. Born to Die, Video Games ou West Coast étaient plutôt sympa (même si en tant que non-spécialiste de Lana del Rey je ne peux pas trop détailler). En live on sent tout de même la différence entre le premier et second album. Pour la constater, il suffit de regarder le guitariste, s’il joue de façon plutôt appuyée, c’est que c’est du second album. Mais les deux rendent plutôt bien, notamment lorsque les images tournées par Woodkid (♥) sont affichées sur l’écran géant derrière. En revanche, l’attitude de Lana del Rey m’a personnellement dérangée : entre deux chansons peuvent s’écouler deux bonnes minutes parce qu’elle demande qu’on lui allume une cigarette (elle en fumera au moins 3-4 pendant le concert), ou parce qu’elle discute avec son manager ou un de ses musiciens, comme si le show n’était pas préparé, et surtout qu’il n’y avait pas plusieurs milliers de personnes qui l’attendaient. En plus, elle termine par une longue séance de dédicaces/selfies sympas pour ses fans, mais les autres n’ont pas le droit à un merci/au revoir. Bref, musicalement j’ai été surprise, mais son attitude ne passe pas vraiment pour moi !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Changement d’ambiance (oui parce que Lana del Rey c’est sympa mais ça ne bouge pas vraiment) avec La Roux. Son electro-pop me plait beaucoup, et son dernier album est très réussi. En live, cela passe très bien, c’est hyper dansant, et les tubes comme Quicksand ou In For the Kill se mêlent à de supers nouveaux titres comme Sexotheque ou la géniale Tropical Chancer. Un très bon live positif et plein d’énergie comme on les aime pour commencer la soirée !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et c’est déjà l’heure du set de clôture. Dans le dilemme de programmation entre Kavinsky et Queens of the Stone Age, j’ai évidemment choisi les derniers que je ne pouvais pas louper. Et je n’ai absolument pas (mais alors absolument pas) regretté mon choix, car pour moi c’était le meilleur concert de cette édition. Un set de plus d’une heure et demie (alors que seule une heure et quart était prévue) tout en rock comme on l’aime. Les classiques No One Knows, Go With the Flow ou Little Sister étaient vraiment parfaites. Et les titres du dernier album (If I had a Tail, Smooth Sailing, My God is the Sun, Kalopsia et toutes les autres) sont de vraies réussites en live aussi. La voix de Josh Homme est une merveille à écouter, sans parler des musiciens qui ont un talent fou. Mon coup de coeur vient pour The Vampyre of Time and Money très jolie en live, et surtout la formidable Make It Wit Chu. Pour terminer le festival en apothéose, c’était là qu’il fallait être, indéniablement (apparemment Kavinsky était très bien aussi, mais les QOTSA ont tout déchiré ♥).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Comme vous l’avez deviné, ce dimanche a été absolument génial, ne serait-ce que par sa fin. Le festival nous a encore livré une très bonne édition, avec de bonnes découvertes, quelques déceptions et de grands coups de coeur. Mention spécial au Village du Disque, la piscine à boules de chez Deezer et au distributeurs/trices de canettes de chez Nestea !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

A l’année prochaine Rock en Seine !

Publicités
– Live Report – Rock en Seine Jour 3

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s