– Live Report – Rock en Seine Jour 2

Seconde journée du festival Rock en Seine, le samedi 23 août proposait un programme intéressant, mais à mon sens pas aussi bien garni que le vendredi ou le dimanche. Il y a donc eu des bons moments et d’autres un peu voire carrément décevants, que je vais vous détailler dans la suite de cet article ! Mais avant de commencer, un bref rappel : vous pouvez retrouver certains concerts sur Culturebox à cette adresse http://culturebox.francetvinfo.fr/festivals/rock-en-seine/lives.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La journée commençait par un concert tout en douceur, celui de Junip, groupe suédois. Son chanteur n’est autre que José Gonzalez, qui a beaucoup contribué à la bande son du film La Vie Rêvée de Walter Mitty. Alors oui, ce n’est pas le concert le plus remuant du festival, mais c’est un bon moment, entre folk et pop toute douce. J’avoue ne m’être jamais sentie autant relaxée après un concert. Certains des titres joués sont vraiment très sympas, comme Far Away ou Line of Fire. Bref, Junip c’est une bonne découverte toute en douceur.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est vers le groupe prometteur Alb que nos oreilles se dirigent ensuite. Ce duo m’a beaucoup plu, avec des chansons pop-rock à la fois délicates et entêtantes. La voix du chanteur Clément Daquin est joliment grave et accompagne avec brio les sonorités électroniques qui ponctuent ses titres. Le public qui s’est amassé devant la scène ne s’y est pas trompé, Alb était une des découvertes à venir voir. Son titre le plus connu, Whispers Under the Moonlight est une vraie merveille, qui rend très bien en live. Et en bonus on a même eu droit à un petit bout du générique de Mario avant la très sympa It’s Nice to See You Again (woo-oo-oo). Un joli coup de coeur pour Alb donc !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

A la fin de ce concert s’annonce le concert de Clean Bandit. Là encore, la foule est au rendez-vous, pour voir le groupe du tube Rather Be. Je ne vais pas trop m’étaler parce que cela ne sert à rien, mais ils nous ont servi une pop sans véritable saveur, et apparemment il manquait quelqu’un du groupe en plus. Ils mettent plutôt bien l’ambiance du fait du style de musique, mais celui ci n’a absolument rien de spécial. Et puis une fois que la chanson tant attendue est jouée -sans être changée d’un iota par rapport à la version studio- le groupe s’en va brusquement, suffisamment pour nous faire comprendre que c’est fini. Je n’en attendais pas grand chose et visiblement je n’ai pas eu tort !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

De loin, on entendra Cheveu, groupe au nom étonnant, qui ne produira pas grand chose si ce n’est un amas de son à grand volume. Après mon avis aurait peut-être changé si j’avais été voir le concert. Mais le concert que j’attendais le plus de la journée approchait: celui d’Emilie Simon avec l’Orchestre National d’Ile-de-France. Le concert avec Get Well Soon en 2012 m’avait énormément plu, donc j’attendais vraiment cette association, d’autant plus que le dernier album d’Emilie Simon est plutôt sympathique et que je suis une fan inconditionnelle de la bande son de la Marche de l’Empereur. Et bien la déception fut présente : on n’entendait que très peu l’orchestre à cause de basses bien trop fortes. Emilie Simon a amené ses musiciens, et leurs instruments annihilent les efforts de l’orchestre. Sur certains titres, les musiciens et le chef d’orchestre Bruno Fontaine attendent même les bras croisés que le titre se termine. C’est vraiment dommage. En soi les chansons d’Emilie Simon sont plutôt sympas en live, surtout celles du dernier album « Menteur », « Amoureuse » et surtout « Paris j’ai pris perpète », mais l’orchestre aurait du être pris en compte, et pas simplement posé derrière sur la scène. Un des meilleurs moments aura été lorsque l’orchestre a repris seul la chanson du thème de la Marche de l’Empereur, donnant enfin cours à son talent.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après cette petite déception, retour à la Grande Scène pour voir Portishead, très attendus pour les 20 ans de Dummy. J’avoue ne pas avoir été emballée par cette performance, peut-être parce que je ne suis pas fan. C’est un peu trop calme à mon gout, et je n’ai pas toujours compris les effets de voix de la chanteuse. Après la majorité des commentaires que j’ai lu sur ce set étaient très positifs, j’ai peut-être raté le coche, je ne sais pas, mais je n’ai pas trop apprécié.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La fin de soirée s’amorce avec Flume, petit génie de l’électro. Son set fut très sympathique. N’étant absolument pas une spécialiste du genre, je ne l’ai apprécié qu’en tant qu’amatrice, qui plus est congelée à cause du froid qui sévissait en ce samedi soir, et j’avais donc besoin de bouger un peu pour me réchauffer, cela tombait plutôt bien !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Enfin, histoire de terminer de se réchauffer, The Prodigy ont parfaitement fait leur boulot de gros metteurs d’ambiance avec leur musique toujours aussi efficace. Omen est complètement folle, et la plupart des autres morceaux ont le même effet : faire danser la foule à fond.

Enfin, en repartant vers la sortie, on a pu entendre quelques bouts du concert de St Vincent, me faisant regretter ce conflit de programmation entre The Prodigy et la jeune femme dont l’album est vraiment très sympa. C’est fort dommage, mais il faut faire des choix dans un festival !

A demain pour la suite du live report avec un dimanche totalement explosif !

Publicités
– Live Report – Rock en Seine Jour 2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s